Charles Barrière : « Et si on parlait un peu du cumul des mandats ?»

Face à ses adversaires de la quatrième circonscription de la Côte-d’Or, Charles Barrière veut être un député à 100 %…

Charles Barrière, candidat de la droite et du centre sur la quatrième circonscription de la Côte-d’Or avoue avoir été particulièrement surpris de lire les documents de campagne de Yolaine de Courson, candidate de la République en Marche, dans lesquels elle affirme qu'elle démissionnera de son mandat de maire « quand bien même la loi ne [l]'y oblige pas », si elle est élue à l'Assemblée nationale.

Charles Barrière tiens à lui rappeler que la loi de la République ne peut être plus claire puisque l'article LO141-1 du Code électoral stipule que « le mandat de député est incompatible avec les fonctions de maire… ».

Le candidat de la droite et du centre s'interroge donc sur la façon de Yolaine de Courson de se présenter comme exemplaire, faisant de sa démission un argument électoral, alors même qu'elle ne fera que respecter la loi.

Pour sa part, Charles Barrière a clairement mis sur la table la question du cumul des mandats dès le début de sa campagne. Pour faire écho aux demandes de plus en plus pressantes des citoyens de faire de la politique « autrement », le conseiller départemental d'Is-sur-Tille a ainsi annoncé il y a plusieurs semaines qu’il démissionnera de son mandat sitôt élu à l'Assemblée nationale.

Et ce, pour être un député à 100%, même si la loi ne l'y oblige en rien. Le Code électoral est en effet très clair sur ce point : un parlementaire peut tout à fait conserver un ancrage local et demeurer conseiller municipal, départemental ou régional.

Patrick Molinoz ou Hubert Brigand n'ont, quant à eux, rien laissé percer de leurs intentions. Pourtant, leurs situations sont limpides.

Les deux adversaires du successeur désigné par François Sauvadet cumulent deux exécutifs locaux. Ils sont tous les deux maires, respectivement de Venarey-les-Laumes et de Châtillon-sur-Seine, et vice-présidents, respectivement, du Conseil régional et du Conseil départemental. Non seulement, la loi les contraindra à quitter ces exécutifs locaux en cas d'accession au Palais-Bourbon mais elle les obligera également à abandonner l'un de leurs mandats locaux, municipal ou régional pour Patrick Molinoz, municipal ou départemental pour Hubert Brigand.

Pour Charles Barrière, ses deux adversaires n'ont visiblement aucune intention de devenir, comme moi, député à 100% de la 4ème circonscription de la Côte-d'Or :

« Entre le silence assourdissant des candidats Molinoz et Brigand sur la question du cumul et la fausse promesse exemplaire de Yolaine de Courson, qui n'est en rien l'acte de bravoure annoncé, je suis le seul à avoir clairement fait part de ma volonté de m'engager entièrement pour les habitants de la 4ème circonscription.

De mon côté, je suis transparent dans mes engagements. Mais je suis bien le seul.

Dimanche 11 juin, ce sera aux électeurs de juger ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *