Les personnels de France Bleu Bourgogne écrivent à leur directeur

Jeudi dernier, les salariés de France Bleu ont ont affirmé, par une grève très suivie, leur opposition au projet de la direction

Le préavis de grève déposé par l’intersyndicale pour jeudi dernier a obtenu une mobilisation massive, tous métiers confondus. D’après le Syndicat des Journalistes de Radio France, 90% des 44 stations du réseau n'ont pas diffusé de matinale. L'antenne a également été très fortement perturbée, presque partout, toute la journée.

Suite à cette grève, dans au moins une dizaine de stations, dont France Bleu Bourgogne, les personnels ont adressé des lettres ouvertes au directeur de France Bleu, Eric Revel. Nous vous proposons de découvrir ci-dessous, le contenu de celle adressée par les personnels de France Bleu Bourgogne :

Lettre ouverte à la direction du réseau France Bleu

A France Bleu, le dialogue est rompu.

A France Bleu Bourgogne, comme dans une très grande partie des radios locales, nous sommes restés presque muets ce jeudi 18 mai. Mais vous, à la direction du réseau, vous en êtes-vous seulement aperçu ?

La réponse est non.

Ce n'est pas l'arrivée de Jean-Luc Reichmann qui pose problème. Il est même le bienvenu dans la famille France Bleu.

Ce qui pose problème, c'est le manque total de communication sur ce recrutement national.

Ce qui pose problème, c'est que ce choix ampute trois quarts d'heure d'antenne locale à un horaire stratégique.

Ce qui pose problème, c'est le timing de ces annonces, qui surviennent juste après de coûteux ateliers de grille, qui auraient été plus productifs avec toutes ces données.

Ce qui pose problème, c'est l'absence totale de professionnalisme de votre part sur les choix éditoriaux du 14h-16h. Six mois après nous avoir demandé de musicaliser cette tranche, vous faites machine arrière en nous imposant un talk national.

Ce qui pose problème, ce n'est pas la prise en charge des infos nationales par les journalistes locaux mais ses conséquences : suppression très probable des journaux de 17h et 18h, journaux plus courts, moins de présence sur le terrain, et encore moins de proximité avec nos auditeurs.

Ce qui pose problème, c'est la baisse drastique des budgets de remplacements depuis trois ans sans la moindre reflexion, sans la moindre anticipation. Aujourd'hui, il n'y a plus de CDD disponibles : nos auditeurs ont été privés d'antenne ces 13 et 14 mai 2017 entre 9h et 11h. Et l'incertitude demeure pour ce week-end. Que répondre à nos auditeurs qui s'en sont émus ?

Non, Monsieur Revel, l'ensemble de ces "réflexions" n'est pas "le fruit d'un travail collectif". Il s'agit de décisions unilatérales.

Non, Monsieur Revel, il ne s'agit pas de mépris à notre égard puisqu'à vos yeux il semble que nos auditeurs et nous, n'existons pas.

Nous avons toujours su nous adapter pour faire évoluer notre antenne et nos métiers. Pour nous, l'ADN de notre radio c'est d'être sur le terrain, au plus proche de nos auditeurs. C'est pour eux et pour France Bleu que nous nous inquiétons aujourd'hui.

 

Stéphanie Perenon (journaliste)

Florence Gallice (animatrice)

Charlotte Millet (animatrice)

Arnaud Racapé (journaliste)

Anne Pinczon du Sel (journaliste)

Rosanna Scavongelli (chargée de gestion)

Nicolas Mollaret (animateur)

Christine Ribeiro (régisseuse)

Marc Cervantès (technicien)

Cyril Hinaut (animateur)

Richard Lardry (technicien)

Alexandra Guyot (chargée d’accueil)

Sylvie Hinger (chargée d’accueil)

Christophe Tourné (journaliste)

Charlotte Hennebil (technicienne)

Stéphanie Loth (chargée d’acceuil)

Stéphane Conchon (animateur)

Thomas Nougaillon (journaliste)

Jean-François Maitrot (technicien)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :