Kheira Bouziane : « Ma patience a des limites, donc, je démarre, je suis candidate »

Même si le PS lui préfère Anne Dilisenger, Kheira Bouziane sera bien candidate à sa propre succession.

Kheira Bouziane, députée sortante de la 3éme circonscription de la Côte-d’Or lançait sa campagne ce vendredi soir à Chenôve dans l’atelier de l’artiste Titus.

Elle a tout d’abord tenu à éclaircir la situation autour de sa candidature. Elle indique tout d’abord que si elle n’a pas communiqué depuis le 16 décembre, c’est qu’elle avait, alors, encore foi dans les dirigeants du parti socialiste, non pas au niveau local, mais au niveau national.

Kheira Bouziane confie, qu’au niveau local on lui aurait envoyé, un jour, un mystérieux émissaire avec le message : « tu verras on te le fera payer ». Pourquoi ? Parce qu’elle avait soutenu une motion différente de celle de la majorité locale et qu’elle s’était présentée au poste de première fédéral :

En conclusion, Kheira Bouziane déclare sous les applaudissements de ses soutiens : « Ma patience a des limites, donc, je démarre, je suis candidate ».

Ensuite la députée sortante a abordé le bilan de son mandat, rappelant que depuis qu’elle est élue elle n’a jamais quitté le terrain, ni la population et que c’est d’autant plus facile pour elle qu’elle ne cumule pas précisant, que pour elle ce n’est pas un métier mais une fonction. En cinq ans, la plus belle loi qui lui a été donné de voter c’est la loi Taubira : « celle qui permet ce bien vivre ensemble, chacun dans sa diversité ». Mais il y a aussi eu des lois que la députée sortante dit ne pas pouvoir voter « parce que je pensais à ceux qui m’ont fait confiance, à ceux que je devais représenter » :

Kheira Bouziane souhaite continuer à défendre les valeurs d’humanité, d’humanisme, du bien vivre, de solidarité, de progrès social. Elle sera plus particulièrement vigilante sur ce qui concerne le droit du travail comme elle l’a été durant cette législature. Elle continuera également à aider les communes. Elle-même résume son action : défendre le plus faible.

Ce lancement de campagne avait lieu dans l’atelier de l’artiste peintre Titus, l’occasion pour Kheira Bouziane de « mettre en lumière l’art » :

C’est l’ancienne première fédérale, Marie-Thérèse Mutin qui présidera le comité de soutien de Kheira Bouziane. Elle indique avoir pris cette décision après la campagne présidentielle qui l’a ulcérée. Après avoir soutenu Benoît Hamon elle soutiendra donc Kheira Bouziane et conclu son intervention par « il y a plus de socialistes en dehors du PS qu’à l’intérieur ».

Vincent Crouzier, premier adjoint de Collonges-les-Premières sera le suppléant de Kheira Bouziane. Responsable informatique dans une entreprise dijonnaise, il indique dès le début de son intervention, ne pas être un professionnel de la politique.

Kheira Bouziane a conclu cette réunion de lancement par une anecdote de campagne lorsque, à Marsannay-la-Côte un jeune électeur l’a interpellé en réunion publique pour lui demander ce qu’elle ferait si son groupe lui demandait de voter une loi qu’elle pensait ne pas être bonne :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *