« Le retour du Wanagain »

Encore un succès pour cette seconde édition du Wanagain festival de Clénay avec plus de 1 000 entrées…

Un festival de printemps, en intérieur, à la campagne, en périphérie de Dijon, c'est un pari fou né dans la tête de passionnés de rock en 2015. Une association, Wanagain production, est alors constituée. Christophe Monot en est le président : « nous avons voulu créer un tremplin en Bourgogne-Franche-Comté pour répondre à la galère des groupes qui ne peuvent pas jouer à La Vapeur. Nous faisons jouer des groupes locaux aux côtés de groupes professionnels et internationaux, cela permet des échanges culturels et d'ouvrir les horizons. » Toutes les facettes du rock'n'roll peuvent être représentées : rock, punk, métal, fusion… « L'important, c'est la rock attitude, la manière de vivre ! » s'enthousiasmait-il à quelques minutes du premier concert.

Promouvoir l'économie locale

Pour le président de Wanagain production, « il s'agit de promouvoir l'économie locale, par exemple des produits de qualité sont proposés aux festivaliers pour les repas. » Ce sont d'ailleurs soixante bénévoles qui se sont affairés afin de permettre la tenue du festival sur deux jours. L'association devrait équilibrer son budget grâce aux efforts faits par les groupes pro sur leur cachet. Comme Christophe Monot l'a précisé : « eux aussi ont besoin de petites associations comme nous pour tourner entre les grands festivals. » Cela sans subvention mais avec une importante participation technique de la commune de Clénay dont le maire, Frédéric Imbert, était présent les deux soirs.

Rock attitude

Pour cette seconde édition, les têtes d'affiche étaient les groupes No One is Innocent, Fatals Picards et Tagada Jones. Ils étaient entourés des groupes dijonnais 11 Louder, Krakenstein, The Supercopters, Massaw, The Assowls ainsi que de Peter Peter Falk (Montceau-les-Mines), sans oublier un groupe de Taiwan, GuntzePaula, présent grâce à un partenariat avec le ministère de la Culture.

Après un set tonitruant des Tagada Jones, les No One is Innocent, à quelques minutes de la fin de la campagne officielle pour le premier tour de l'élection présidentielle, se sont faits remarquer avec un morceau en hommage aux victimes de l'attentat à la rédaction de Charlie Hebdo, présent sur l'album Propaganda. « Face à eux faut faire front » scandait le chanteur Kmar, avant d'inviter les spectateurs à renvoyer dos-à-dos les djihadistes et les militants du Front national.

Les Fatals Picards ont, eux aussi, rebondi sur la campagne électorale mais plutôt pour chambrer les petits candidats comme Jacques Cheminade ou Jean Lassalle, dans la droite ligne de leur punk-rock festif. Un style qui a apporté une grande dose de bonne humeur pour, après leur set, laisser repartir les festivaliers sourire aux lèvres.

Photos et texte : Jean-Christophe Tardivon – Tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *