Les Motivés font valser Quetigny

Un public de 500 motivés pour écouter des airs révolutionnaires ainsi que des chansons de Zebda…

Ils étaient 500, selon la mairie de Quetigny (organisatrice du concert), à être très motivés pour écouter des airs révolutionnaires ainsi que des chansons de Zebda. Après quelques danses, trois rappels et un ban bourguignon, le public a fini par laisser partir les artistes au terme d'un concert endiablé.

Les Motivés, ce sont notamment les chanteurs Hakim et Mouss, des anciens du groupe Zebda, qui ont lancé en 1997 cette formation pour reprendre des chants révolutionnaires comme « Le Temps des cerises » ou « Bella Ciao ». Coïncidence volontaire avec la période électorale, ils sont actuellement en tournée pour célébrer les 20 ans de l'album « Chants de lutte », succès inattendu à l'époque.

« Y'a toujours pas d'arrangement », le nouveau CD, s'est enrichi de quelques titres ouverts sur le monde, au-delà des refrains anarchistes ou communistes, comme « Police on my back » des Clash ou « A luta continua » de Miram Makeba.

Mieux qu'un meeting, un concert…

Après une première partie assurée par le groupe dijonnais FullStyle, le concert de ce jeudi soir à la salle Mendès-France fut de surcroit agrémenté de titres de Zebda pour répondre aux attentes du public. De très efficaces « Y a pas d'arrangement » ou « Oualalaradime » rythmant des moments plus intimistes. Très en verve, Mouss, entre deux chansons, s'insurgeait contre les violences policières, contre les colonisations illégales de territoires palestiniens ou encore contre le racisme sans d'ailleurs cibler de parti particulier.

Tout acquis à la cause, le public réagissait avec émotion et ferveur aux ponctuations des frères Amokrane : « On est tous chez nous ! ». Ils ont reçu la visite de la chanteuse Karimouche pour la seconde moitié du show. Au final, la salle entière s'est mise spontanément à danser quand Hakim et Mouss sont descendus parmi les spectateurs pour partager leur entrain. Après un set de plus de deux heures dans une chaleur incroyable, chacun est rentré chez soi sourire aux lèvres, baume au cœur et plus motivé que jamais.

 

Texte et photos : Jean-Christophe Tardivon – Tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *