Parc National « Feuillus de plaine » : FNE appelle à un dialogue apaisé

Réaction de la fédération, France Nature et Environnement (FNE) suite aux violences de la semaine passée.

France Nature Environnement, fédération française des associations de protection de la nature et de l´environnement, porte-parole d´un mouvement de 3 500 associations, regroupées au sein de 74 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer, réagit dans un communiqué de presse aux actes de violences commis par des opposants au Parc, qui ont empêché, lundi 27 février dernier, la tenue de l’assemblée générale du groupement d’intérêt public (GIP) chargé de définir et de mettre en place le projet de parc national « Feuillus de plaine » entre la Champagne et la Bourgogne.

Le parc national : une chance pour le territoire

Pour FNE, le projet de parc national « Feuillus de plaine » constitue une occasion unique de préserver un patrimoine naturel remarquable à travers ce grand massif forestier et ses richesses naturelles, ainsi que de dynamiser et de valoriser ce territoire entre la Champagne et la Bourgogne, ses terroirs et ses savoir-faire.

Toujours pour la fédération, ce projet de territoire doit se bâtir ensemble au sein du groupement d’intérêt public (GIP), créé pour l’occasion et réunissant l’ensemble des parties prenantes : « L'écoute, la libre expression et le respect de l'autre doivent présider au débat autour de ce projet, afin de construire un parc vivant, fort et protecteur de ses patrimoines, accueillant et donnant de l'espoir à ceux qui y vivent et qui y vivront ».

Le respect de la démocratie et du dialogue

FNE dénonce que lundi soir dernier, alors qu’une réunion du GIP avec l’ensemble des acteurs devait se tenir pour faire avancer le projet de parc national, des opposants sont venus manifester leur refus du dialogue, de la raison et de la réalité et perturber la réunion qui a été annulée.

Toujours pour la fédération, ces manifestants refusent de s'inscrire dans la démarche constructive de ce projet de territoire préférant empêcher le dialogue, insulter, vociférer, propager le mensonge, la diffamer et utiliser la violence.

FNE dénonce l’emploi de ces pratiques contraires au droit et à l’instauration d’un dialogue respectueux et les condamne vigoureusement.

S’en prendre à ceux qui s'engagent, comme les élus ou les citoyens, ou qui travaillent, comme l’équipe du GIP, dans un cadre défini par l'Etat sur un projet d'Etat n'est pas admissible. L'Etat doit aussi prendre pleinement ses responsabilités en la matière.

Un appel à la reprise d’un dialogue apaisé autour du GIP

Pour FNE, le dialogue doit se poursuivre au travers du partenariat fort et complémentaire entre le GIP et l'Etat.

FNE souhaite que tous les acteurs, les élus et les associations, réunis autour de ce duo Etat/GIP, posent clairement les préoccupations dans la plus grande transparence et définissent une vision partagée.

L'avenir de ce territoire se joue peut être maintenant. Avec ses retombées, le parc national constitue une solution. Sans ignorer que des difficultés restent à traiter, il convient de rechercher ensemble des solutions qui répondent aux critères d'excellence d'un Parc National.

France Nature Environnement exprime son soutien aux personnes qui ont été insultées et agressées lors de la réunion sur le projet de parc national et appelle à la reprise d’un dialogue apaisé autour du GIP et de l’État pour réussir un 11ème parc national exemplaire. Denez L’HOSTIS, président de France Nature Environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *