Anne ERSCHENS mise en difficulté au sein du conseil municipal de Dijon

Nouvelle scission pour le groupe d’opposition municipale de Dijon « Union de la droite et du centre ».

Alors qu’Anne ERSCHENS candidate Les Républicains aux élections législatives sur la première circonscription de Côte-d’Or prône le rassemblement de la droite autour de sa candidature afin de permettre la reconquête de cette circonscription, le groupe d’opposition municipale « Union de la droite et du centre » qu’elle préside au sein du conseil municipal de Dijon est l’objet d’une nouvelle scission.

Une première scission était intervenue en décembre 2015 lorsqu’Emmanuel BICHOT et Chantal OUTHIER avaient démissionné du groupe « Union de la droite et du centre » pour lancer leur propre groupe : « Agir pour Dijon » en compagnie de Bernard BONORON qui avait, quant à lui quitter les rangs du FN.

Le Bien Public relate dans son édition de ce 4 mars une nouvelle scission. Ce sont cette fois, Laurent BOURGUIGNAT et Virginie VOISIN-VAIRELLES qui ont démissionné cette semaine du groupe d’opposition l’ « Union de la droite et du centre », présidé par Anne ERSCHENS après une dernière réunion qui s’est tenue mardi soir, durant laquelle Laurent BOURGUIGNAT a exprimé son désaccord au sujet du fonctionnement du groupe. Dans la foulée de leur démission, les deux élus ont lancés leur propre groupe nommé « Dijon l’alternative ». Laurent BOURGUIGNAT, joint par nos soins, nous a indiqué que la création de ce nouveau groupe sera officialisé lors du prochain Conseil municipal.

De son côté, dans les colonnes du Bien-Public, Anne ERSCHENS accuse Laurent BOURGUIGNAT d’avoir mis en marche « la machine à perdre pour 2020 ». Justement, concernant les prochaines élections municipales de 2020, pour le sénateur Les Républicains Alain HOUPERT, les choses sont simples : il annonce d’ores-et-déjà qu’il sera candidat.

Anne ERSCHENS n’en a peut-être pas fini avec la fronde des membres de son groupe puisque, certains, comme le centriste Franck AYACHE n’excluent pas de prendre leur distance avec le groupe après un temps nécessaire pour la réflexion.

Une opposition municipale composée de quatre groupes pour 13 élus voilà une situation que le maire de Dijon, François REBSAMEN, ne manquera pas de commenter lors des prochains conseils municipaux avec l’humour qu’on lui connaît. À suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *