La CLCV opposée à une spécialisation ultra sociale des HLM

Alors que la Cour des comptes souhaiterait réserver les HLM aux plus modestes, la CLV milite pour la mixité sociale

Dans son rapport sur l’accès des publics modestes et défavorisés au logement social, rendu public ce jour, la Cour des comptes préconise une rupture radicale du modèle du logement social en France en réservant l’offre uniquement aux plus pauvres, suivant en cela la vision très spécifique et dangereuse de l’Union européenne.

Pour y parvenir, elle propose notamment, en zone tendue, de baisser les plafonds de ressources pour accéder au logement social, de créer un bail à durée déterminée et pour ceux qui dépasseraient ces nouveaux plafonds de payer un supplément de loyer plus élevé. Conséquence : plus d’insécurité pour tous les locataires en place et une éviction programmée de tous ceux que la Cour des comptes juge indésirables.

Pour la CLCV (Consommation Logement Cadre de Vie), une telle remise en question de la vocation généraliste du parc social est inacceptable. L’association de protection des consommateurs se dit très attachée au modèle français, unique en Europe, élément structurant de la société française, qui loge 10 millions de personnes dans 4,5 millions de logements. Selon l’association, il est garant d’une certaine mixité sociale, indispensable à l’équilibre de nos quartiers et de nos villes et qui répond aux souhaits profonds de tous ceux qui y vivent.

La Cour des comptes estime que « la politique du logement social est trop orientée vers la construction neuve et insuffisamment vers une gestion active du parc existant ». Si la CLCV la rejoint sur le second point, elle indique en faire toutefois une lecture bien différente : « La gestion active du parc social ne peut se cantonner à l’attribution des logements et au maintien ou non dans les lieux des bénéficiaires ».

Jean-Yves MANO, président de la CLCV, réaffirme que « ce n’est pas en excluant certaines populations du parc social que l’on résout la crise du logement dans notre pays. De ce fait, la mise en place des préconisations de la Cour des comptes construirait la ville des plus aisés et des plus aidés. Elle repousserait un grand nombre de personnes des classes moyennes vers les périphéries, alors qu’elles constituent un élément essentiel de l’équilibre sociologique de nos villes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *